Retrouvez des vidéos sur la chaine youtube

 

Samedi 6 octobre - 20h30

Vous voudrez bien trouver ci-joint l'annonce de notre prochain concert qui aura lieu samedi 6 octobre à 20 h 30, en l'église Saint-Joseph-Artisan, 214 rue Lafayette, Paris 10e.

Le programme sera consacré au compositeur irlandais Charles Villiers Stanford (Dublin 1852 - Londres 1924).

Quasiment inconnu en France, ce compositeur, qui est à l'origine du renouveau symphonique au Royaume-Uni et en Irlande, fut éclipsé par son illustre contemporain Edward Elgar. Stanford subit l'influence de Brahms et fut défendu à l'époque par Hans von Bülow, Hans Richter et Gustav Mahler. Professeur au Royal College of Music à Londres, il eut parmi ses élèves quelques-uns des principaux compositeurs britanniques du XXe siècle : Frank Bridge, Arthur Bliss, Herbert Howells, John Ireland, Gustav Holst, Ralph Vaughan Williams, George Dyson, Ernest John Moeran...

C'est donc à un programme tout à fait original que nous vous convions, avec le concerto pour clarinette (qui sera défendu par la jeune et brillantissime Christelle Pochet, qui vient d'intégrer l'Orchestre National de France) et la septième (et dernière) symphonie.

Si le concerto pour clarinette de Stanford n'a été joué qu'une fois en France (à Brest il y a 22 ans, par Philippe Cuper et l'orchestre de Bretagne, et jamais depuis !), la symphonie n° 7 sera donnée en toute première audition dans notre pays...

Alors, si vous souhaitez découvrir ces belles œuvres injustement négligées, nous serons ravis de votre présence à ce concert.

Bien cordialement,

Eric Van Lauwe

Samedi 30 juin - Dimanche 1er juillet

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

Vous voudrez bien trouver ci-joint l'annonce des nos deux concerts qui auront lieu en l'église protestante allemande, 25 rue Blanche, Paris 9e :

- samedi 30 juin à 20 h 30
- dimanche 1er juillet à 17 h 30.

 
Le programme débutera par une petite curiosité : une transcription pour orchestre à cordes de deux courtes et charmantes pièces pour piano de Ravel : le Prélude de 1913, commande du conservatoire de Paris comme morceau de déchiffrage, et la Fugue du "Tombeau de Couperin", suite de six pièces dédiées chacune à un ami tombé au front durant la guerre.

Les talentueuses Stépanie Ollé et Delphine Haas interpréteront la célèbre et merveilleuse Symphonie concertante pour violon et alto de Mozart.

Enfin, ce sera la Sérénade du compositeur anglais (mais de mère française) Lennox Berkeley, qui étudia à Paris avec Nadia Boulanger (sur les conseils de Ravel) et connut Roussel, le groupe des Six... Cette œuvre néo-classique de 1939 est une des plus belles du répertoire britannique pour cordes. Elle n'est pourtant quasiment jamais jouée en France...

Alors, si vous êtes libres et intéressés, nous serons ravis de votre présence.
 
Bien cordialement,
Eric Van Lauwe

Samedi 21 avril 2018

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

Vous voudrez bien trouver ci-joint l'annonce de notre prochain concert qui aura lieu le samedi 21 avril 2018 à 20 h 30, en l'Église Saint-Joseph-Artisan, située au 214 rue Lafayette, Paris 10e.

Le programme comportera deux œuvres russes :

une courte et charmante sérénade écrite à l'âge de 19 ans par Glazounov, peu de temps après la Première symphonie qui devait le rendre célèbre,

ainsi le concerto pour violon n° 2 de Chostakovitch, écrit en 1967 pour son ami le grand violoniste David Oïstrakh. Beaucoup moins joué que le concerto n° 1, cette œuvre poignante, tout à tour sombre et sarcastique, inaugure la dernière période du compositeur devenu gravement malade. Notre talentueuse violon-solo, Irina Chagay, s'est brillamment investie dans cette partition d'un grand lyrisme mais aussi techniquement redoutable !

En deuxième partie, ce sera "Eine Ballett-Suite" du compositeur allemand Max Reger, superbe partition en six mouvements, riche et finement orchestrée, scandaleusement absente des programmes de concerts, sauf une fois en 1973 pour le centenaire du compositeur, et par notre orchestre il y a trois ans...

Alors, si vous être libres et intéressés par ce programme singulier, nous serons ravis de vous compter parmi le public.

Bien cordialement,
Eric Van Lauwe

Samedi 10 fevrier 2018

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

 

 
Vous voudrez bien trouver ci-joint l’annonce de nos deux prochains concerts qui auront lieu le samedi 10 et le mardi 13 février, en l’église protestante allemande à Paris, 25 rue Blanche, Paris 9e.

 


 Si le 4e concerto brandebourgeois de Bach - pour 2 flûtes, violon et orchestre à cordes - est un grand classique de l’époque baroque,

la sérénade pour 8 instruments à vent, violoncelle et contrebasse du compositeur danois Emil Hartmann (à ne pas confondre avec le compositeur allemand du XX e siècle Karl Amadeus Hartmann) est une œuvre tout à fait méconnue, pour ne pas dire quasiment inconnue !

Enfin, de nombreux bassonistes de haut niveau (dont notre ami virtuose Julien) ont souffert en travaillant ce redoutable concerto de Tomasi, commande du conservatoire de Paris en 1961 pour ses concours ! Nous sommes particulièrement heureux de présenter cette œuvre rarement jouée en concert, notamment dans sa version originale orchestrale.

Alors, si vous êtes libres et intéressés, nous serons ravis de vous compter parmi le public.

Bien cordialement,
Eric Van Lauwe

Samedi 13 et mardi 16 janvier 2018

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

 

 

 

Vous voudrez bien trouver ci-joint l’annonce de nos prochains concerts qui auront lieu samedi 13 et mardi 16 janvier 2018 à 20 h 30, tous deux en la cathédrale Sainte-Croix des Arméniens catholiques, 13 rue du Perche, Paris 3e.

 

 

 

Le programme reprendra une partie de celui que nous avons donné en mai dernier, à savoir les spectaculaires « Fanfares liturgiques » d’Henri Tomasi, pièce maîtresse du répertoire pour cuivres et percussion datant de 1947, et le superbe concerto pour piano n° 1 de Rachmaninov (toujours avec le brillant Jimmy Mullaert), composé en 1892 à l’âge de 18 ans, puis profondément remanié en 1917, soit bien après les célébrissimes 2e et 3e Concertos (1901, 1909) et avant le 4e concerto (1926) et la Rapsodie sur un thème de Paganini (1934).

 

Pour commencer, nous donnerons la rare ouverture « Helios » du compositeur danois Carl Nielsen, qui écrivit cette œuvre en 1903, où il avait rejoint son épouse qui travaillait alors à Athènes comme sculpteur.

 

Alors, si vous êtes libres et intéressés, nous serons ravis de vous compter parmi le public.

 

Et en attendant, nous vous souhaitons un très joyeux Noël et d’excellentes fêtes de fin d’année !

 

Bien cordialement,

Eric Van Lauwe

Samedi 18 novembre 2017

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

 

 Vous voudrez bien trouver ci-joint l’annonce de notre prochain concert qui aura lieu le samedi 18 novembre à 20 h 30, en la cathédrale Sainte-Croix des Arméniens catholiques, 13 rue du Perche, Paris 3e.

 

Le programme débutera par le rare Concert pour petit orchestre d’Albert Roussel. Composé en 1927, juste après la 3e symphonie et la Suite en fa, ce morceau est tout à fait caractéristique de son auteur, avec ses rythmes énergiques et ses harmonies raffinées. Puis ce sera le Konzertstück pour piano et orchestre de Weber, achevé en 1821 au moment de la création du Freischütz, pierre angulaire de l’opéra allemand. Cette belle œuvre concertante en quatre sections enchaînées (en ce sens, préfigurant la forme du poème symphonique) représente en quelque sorte un maillon entre les derniers concertos de Beethoven et les pièces romantiques de Chopin, Schumann et Liszt.

 

Enfin, nous donnerons deux œuvres pour violon et orchestre de Camille Saint-Saëns, écrites pour le grand violoniste espagnol Pablo de Sarasate : le 3e concerto (le plus connu et le plus réussi), créé en 1880 par son dédicataire, et le célèbre Introduction et Rondo capriccioso de 1863, véritable morceau démonstratif et virtuose pour le soliste.

 

 Les deux solistes britanniques, habitués de nos concerts, défendront ces œuvres avec leur talent et l’enthousiasme qu’on leur connaît.

 

Alors, si vous êtes libres et intéressés, nous serons ravis de vous compter parmi l’auditoire.

 

Bien cordialement,

Eric Van Lauwe

Samedi 23 septembre 2017

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

 

Vous voudrez bien trouver ci-joint l’annonce de notre premier concert de la saison. Il aura lieu le samedi 23 septembre à 20 h 30, en la cathédrale Sainte-Croix des Arméniens catholiques, 13 rue du Perche, Paris 3e.

 

Nous débuterons par une œuvre rare, « L’Ermite au violon », un poème symphonique délicat et raffiné du compositeur allemand Max Reger, inspiré d’un tableau du peintre suisse Arnold Böcklin, devenu une grande figure du symbolisme allemand.

Ce tableau exposé à la Alte Nationalgalerie de Berlin représente un vieil homme seul jouant du violon sous le regard attentif et ému des anges.

https://www.photo.rmn.fr/CorexDoc/RMN/Media/TR1/0J0KEZ/08-514613.jpg

 

Puis, ce sera le 24e concerto pour piano de Mozart, composé en mars 1786, œuvre magistrale et dramatique faisant partie de la série des grands concertos pour piano de la maturité du compositeur. Suscitant notamment l’admiration de Beethoven et de Brahms, il est considéré par certains musicologues comme étant le plus grand des concertos mozartiens.

 

Nous terminerons par le concerto pour violon du jeune Richard Strauss, alors âgé de 17 ans.  Sans rivaliser avec les grands poèmes symphoniques et opéras qui ont assuré la gloire du compositeur, cette belle œuvre juvénile et virtuose, injustement négligée, n’est pas sans rappeler Mendelssohn, mais elle révèle aussi « un talent peu ordinaire », dixit Eduard Hanslick, ami de Brahms et célèbre critique musical viennois influent et redouté.

 

Les deux solistes Alain Stepanian et Haïk Davtian apporteront leur brillant concours.

 

Alors, si cela vous dit d’assister à ce concert, nous serons ravis de vous compter parmi l’auditoire.

 

Bien cordialement,

Eric Van Lauwe

Samedi 24 juin 2017

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

 

Vous voudrez bien trouver ci-joint l’annonce de notre prochain concert, le dernier de la saison, qui aura lieu samedi 24 juin à 20 h 30, en l’église évangélique allemande, 25 rue Blanche, Paris 9e.

 

Le programme sera composé de trois œuvres pour orchestre à cordes et de la charmante Sinfonietta  pour huit instruments à vent du compositeur tchèque (bien oublié de nos jours) Rudolf Novacek.

Ce sera tout d’abord deux œuvres assez différentes du compositeur anglais Peter Warlock, décédé prématurément à l’âge de 36 ans : la Capriol Suite, succession de six danses inspirées de la musique anglaise de la Renaissance, et la suave et raffinée Sérénade composée pour fêter le 60e anniversaire de son ami Frederick Delius, dans laquelle on trouvera d’évidentes influences de ce dernier.

Enfin, pour terminer, ce sera la splendide Sinfonietta d’Albert Roussel, composée en 1934. Ce joyau de la musique pour orchestre à cordes est dédié à Jane Evrard – première femme chef d’orchestre française – et son « Orchestre Féminin de Paris ».

 

Alors, si vous êtes libres et intéressés, nous aurons beaucoup de plaisir à vous compter parmi nos auditeurs.

 

Bien cordialement,

Eric Van Lauwe

 

samedi 20 mai 2017 - 20h30

Le programme débutera par les impressionnantes « Fanfares liturgiques » pour ensemble de cuivres et percussions d’Henri Tomasi, grand compositeur marseillais d’origine corse.

Arrangées en 1947 à partir d’extraits de l’opéra « Don Juan de Mañara »  (1942-44), ces « Fanfares liturgiques » sont, avec le concerto pour trompette et orchestre, l’œuvre la plus célèbre et la plus jouée du compositeur.

Il y a quelques mois, votre serviteur a eu la grande joie de pouvoir acquérir le manuscrit autographe complet de ce chef d’œuvre singulier.

  Rachmaninov composa son premier concerto pour piano à 18 ans, lorsqu’il était encore étudiant. Insatisfait, il le remania profondément en 1917, juste avant de quitter définitivement sa Russie natale.

Sous sa forme définitive très réussie, ce « Concerto n° 1 » se situe en fait chronologiquement après les célébrissimes 2e et 3e concertos, et avant le mal-aimé 4e concerto et la splendide « Rapsodie sur un thème de Paganini ».

Les auditeurs de l’émission « Apostrophes » de Bernard Pivot reconnaîtront la merveilleuse phrase lyrique qui en illustrait musicalement le générique.

C’est le jeune et brillant pianiste Jimmy Mullaert qui sera le soliste de cette œuvre superbe, mais finalement relativement assez peu jouée en concert.
 
Enfin, en deuxième partie, ce sera « Jeu de cartes » de Stravinsky, créé en 1937 par l’American Ballet au Metropolitan Opera de New York, sur une chorégraphie de George Balanchine.

Assurément un des sommets de la période dite « néo-classique » du compositeur, cette partition étincelante pour l’orchestre illustre une partie de poker en 3 donnes.

Moins connu que la trilogie des premiers ballets (« L’Oiseau de feu », « Petrouchka » et « Le Sacre du printemps ») qui a assuré à Stravinsky sa notoriété, « Jeu de cartes » mériterait pourtant bien d’être plus souvent joué, à la scène comme au concert…
 
Alors, si vous êtes libres et intéressés par ce programme, nous serons ravis de vous compter parmi nos auditeurs !

Bien cordialement,
Eric Van Lauwe

concert à la mémoire de Claude-Erik NANDRUP


Eglise  Saint Roch
vendredi 31 mars 2017
20h30

-

 

samedi 11 mars 2017 - 20h30

Vous voudrez bien trouver ci-joint l’annonce de notre prochain concert qui aura lieu le samedi 11 mars en la
cathédrale Sainte-Croix des Arméniens catholiques, 13 rue du Perche, Paris 3e.
Le programme comportera trois oeuvres rares, dont deux écrites par des compositeurs britanniques.
Le concert débutera par une courte et charmante pièce, A Song before Sunrise, de Frederick Delius,
compositeur à l’écriture musicale raffinée et unique, qui passa une grande partie de son existence en France, à Grez-sur-Loing.
Puis, ce sera le superbe et original concerto pour alto (que nous donnerons en première audition en France !) de Malcolm Arnold, compositeur prolixe de 9 symphonies, de nombreux concertos, de musique de chambre et de musique de films, dont celle du célèbre « Pont de la rivière Kwaï ».
La deuxième partie comportera le brillant 2e concerto pour piano de Tchaïkovsky, victime injuste du
célébrissime 1er concerto, et qui pourtant, ne démérite en rien. Sans doute, sa longueur inhabituelle (50
minutes, mais après tout, le 2e concerto pour piano de Brahms dure autant !) et la redoutable partie soliste
ont fait qu’il soit extrêmement rarement joué en concert.
Nos vaillants amis Rupert et Chris nous ferons encore une fois le plaisir de leur venue d’outre-Manche, et
ont relevé le défi d’être les solistes de ces oeuvres difficiles sortant des sentiers battus !
Alors, si vous êtes libres et intéressés, nous serons ravis de vous voir à ce concert.
Cordialement,
Eric Van Lauwe

samedi 14 janvier 2017 - 20h30

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

 

Vous voudrez bien trouver ci-joint l’annonce de notre prochain concert qui aura lieu le samedi 14 janvier à 20 h 30, en la cathédrale Sainte-Croix des Arméniens catholiques, 13 rue du Perche, Paris 3e.

 

Le concert, particulièrement varié, débutera par la pétillante ouverture de l’opéra-comique en un acte « Il Signor Bruschino » de Rossini. Ensuite, notre talentueux violoncelliste John Kim s’attaquera aux virtuoses « Variations sur un thème rococo » de Tchaïkovsky, témoignage de l’amour du compositeur pour la musique de l’époque classique et celle de Mozart en particulier.

 

En deuxième partie, ce sera la brève et un peu rude « Symphonie de chambre n° 5 » pour dix instruments à vent, écrite par le jeune Milhaud alors qu’il effectuait avec son ami Poulenc un voyage en Pologne et en Autriche (où ils devaient notamment rencontrer Schönberg), puis enfin, ce sera la superbe et spectaculaire «  Konzertmusik » pour cordes et cuivres de Hindemith, qui fait partie des commandes que Serge Koussevitzky passa à divers compositeurs (dont Stravinsky, Ravel, Roussel, Honegger…) pour célébrer le 50e anniversaire de l’orchestre symphonique de Boston, dont il fut le chef d’orchestre durant un quart de siècle.

 

Alors, si vous êtes libres et intéressés, nous serons très heureux de vous accueillir à ce concert.

Et en attendant, nous vous souhaitons d’excellentes fêtes de fin d’année !

 

Bien cordialement,

Eric Van Lauwe

Samedi 26 novembre - 20h30

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

 

Vous voudrez bien trouver ci-joint l’annonce de notre prochain concert qui aura lieu le samedi 26 novembre à 20 h 30, en la cathédrale Sainte-Croix des Arméniens catholiques, 13 rue du Perche, Paris 3e.

 

Si le merveilleux concerto pour violon et violoncelle de Brahms (la dernière œuvre symphonique du compositeur) est bien connu et toujours hautement apprécié, la brillante « Burleske » de Richard Strauss (œuvre juvénile aux influences brahmsiennes et lisztiennes) est plus rarement donnée en concert. Alors, que dire de la Sérénade de Leó Weiner, dont nous n’avons trouvé aucune trace d’exécution en concert en France ? Weiner était un contemporain et ami de Bartók et Kodály, comme eux élève à l’Académie de musique de Budapest, puis professeur. Resté dans l’ombre de ses illustres confrères, car moins novateur (plutôt tourné vers le romantisme allemand teinté de quelques saveurs hongroises), il fut un remarquable pédagogue durant toute sa vie, et eut notamment comme élèves les futurs grands chefs d’orchestre hongrois Fritz Reiner, Georg Solti, Antal Doráti, Ferenc Fricsay, Eugene Ormandy… Malheureusement, ses compositions sont très rarement jouées, et c’est avec plaisir et conviction que nous défendrons cette splendide Sérénade écrite à l’âge de 21 ans, qui valut à son auteur une pluie de distinctions (prix Volkmann et Erkel, bourse Franz-Liszt).

Pour la petite histoire : avec Claude-Erik Nandrup, nous avions joué la « Ballade » pour clarinette et piano op. 8 de Leó Weiner à l’Institut hongrois de Paris, il y a une bonne vingtaine d’années…

 

Alors, si vous êtes libres ce jour-là et intéressés, nous serons ravis de vous accueillir à ce concert.

 

Bien cordialement,

Eric Van Lauwe

concert 24 septembre 2016 - 20h30

Programme consacré entièrement à Richard Strauss,avec deux œuvres écrites dans sa prime jeunesse (à respectivement 17 et 19 ans !) :
- « Sérénade pour 13 instruments à vent »
- « Premier Concerto pour cor » (qui sera interprété par notre talentueux cor-solo),
 
puis avec les prodigieuses et bouleversantes
- « Métamorphoses » pour 23 cordes,
 
qui furent écrites en 1945 – soit plus de soixante ans plus tard – par le compositeur âgé de 81 ans,
et qui reflètent sa détresse au moment de la destruction de « son » Allemagne.
 
Alors, si vous êtes libres et intéressés, nous serons ravis de vous accueillir à ce concert.
 
Bien cordialement,
Eric Van Lauwe

concert 21 mai 2016-20h30

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

 

Vous voudrez bien trouver ci-joint l’annonce de notre prochain concert qui aura lieu :

 Samedi 21 mai à 20 h 30, en la Cathédrale Sainte-Croix des Arméniens catholiques, 13 rue du Perche, Paris 3e.

 

 

 

En 1878, Brahms acheva son célèbre concerto pour violon, écrit à l’attention du grand violoniste Joseph Joachim. L’année suivante, Dvorak écrivit lui aussi son concerto pour violon pour Joachim, mais finalement, c’est le violoniste tchèque Frantisek Ondricek qui en assura la création en 1883. Moins célèbre et moins joué que son grand aîné, ce très beau et original concerto sera interprété par Cécile Lartigau, talentueuse violoniste de notre ensemble.

 

 

 Kurt Weill quitta l’Allemagne en 1933, et partit s’installer définitivement aux États-Unis en 1935, où il obtiendra un grand succès avec ses œuvres scéniques, notamment à Broadway.
Entre temps, l’auteur du célèbre « Opéra de quat’sous » vécut deux années à Paris et à Louveciennes, et c’est la Princesse de Polignac qui lui commanda cette 2e  symphonie qui fut créée en octobre 1934 par l’orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam sous la direction de Bruno Walter, puis redonnée à New York deux mois plus tard. Dernière œuvre symphonique de Kurt Weill, cette splendide symphonie fut totalement négligée après sa création. Ce n’est qu’à partir des années 80 que commencera une trop lente et très timide réhabilitation. Nous sommes particulièrement heureux d’être parmi les rares orchestres à l’avoir programmée et la présenter lors de ce concert.

 

 Alors, si vous êtes libres et intéressés par ce programme, nous serons ravis de votre présence.

 

 Bien cordialement,

 Eric Van Lauwe

 

 

 

concert 12 mars 2016 -20h30

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

 

Vous voudrez bien trouver ci-joint l’annonce de notre prochain concert qui aura lieu samedi 12 mars à 20 h 30, en la cathédrale Sainte-Croix des Arméniens catholiques, 13 rue du Perche, Paris 3e.

 

Le court Scherzo en ré mineur est la première œuvre orchestrale connue de Rachmaninov, alors âgé de 14 ans !

Le Rhapsody-Concerto pour alto de Martinu est certainement l’un des plus beaux concertos écrits pour cet instrument. Le compositeur tchèque, vivant alors en exil aux Etats-Unis, nous livre ici une œuvre pleine de nostalgie de sa patrie natale.

Quasi inconnu en France – malgré une récente réhabilitation discographique –, Giuseppe Martucci fut à l’origine du renouveau symphonique en Italie. Délaissant l’opéra (cas unique dans son pays), il dirigea quand même la première de « Tristan et Isolde » de Wagner en Italie ! Professeur de Respighi, il avait la haute estime de Brahms et de Mahler (qui dirigea son 2e concerto pour piano lors de son dernier concert à New York). Toscanini défendit également ses œuvres. La courte et délicieuse « Gavotta » est une des nombreuses pièces pour piano que Martucci orchestra par la suite.

Enfin, le 2e concerto pour piano que Chostakovitch écrivit à l’attention de son fils Maxime, jeune pianiste alors âgé de 19 ans, est certainement une des œuvres les plus joyeuses du compositeur. La vivacité (pour ne pas dire la frénésie) des mouvements extrêmes n’est tempérée que par le lyrisme romantique et très prenant du mouvement central.

 

Ce concert se fera avec le concours de nos deux sympathiques et talentueux solistes britanniques, qui ont déjà joué avec nous précédemment.

 

Alors, si vous êtes libres et intéressés, nous serons ravis de vous accueillir à ce concert.

 

Bien cordialement,

Eric Van Lauwe

concert 30 janvier 2016 - 20h30

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

 

Tout d’abord, permettez-moi de vous souhaiter une nouvelle année 2016 pleine de santé, de bonheur et de joies musicales !

 

Vous trouverez ci-joint l’annonce de notre prochain concert qui aura lieu le samedi 30 janvier 2016 à 20 h 30, en la cathédrale Sainte-Croix des Arméniens catholiques, 13 rue du Perche, Paris 3e.

 

La première partie du programme sera consacrée à deux compositeurs français :

- Henri Duparc qui n’a laissé quasiment que 17 merveilleuses mélodies qui suffisent à sa postérité (« L’Invitation au voyage », « La Vie antérieure », « Phidylé »…) ainsi que deux très courts poèmes symphoniques : « Lénore » et « Aux étoiles ».

- André Jolivet, compositeur majeur du XXe siècle, dont la production abondante comporte notamment une importante série de superbes concertos pour divers instruments, dont celui pour harpe écrit pour Lily Laskine en 1952.

 

La seconde partie sera consacrée à l’Américain Walter Piston (avec son « Divertimento » de 1946 plein d’énergie et de nostalgie) et à l’Allemand Richard Strauss qui écrivit à 83 ans (en 1947) ce séduisant « Duett-Concertino » pour clarinette et basson, hommage intemporel du compositeur à Mozart qu’il vénérait.

 

Trois jeunes solistes, motivés et talentueux, se sont lancés dans cette aventure difficile mais exaltante :
Clara Izambert, harpe
Ghislain Roffat, clarinette

Julien Abbes, basson.

 

Alors, si vous êtes libres et intéressés, nous serons très heureux de vous (re)voir à ce concert !

 

Très cordialement,

Eric Van Lauwe

Extrait de la répétition générale :
Strauss, concertino pour clarinette et basson.

concert 7 mars 2015 - 20h30

140éme anniversaire de la naissance de Maurice RAVEL

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

 

Vous voudrez bien trouver ci-joint l’annonce de notre prochain concert qui aura lieu samedi 7 mars 2015, en l’église évangélique allemande, 25 rue Blanche, Paris 9e (entre les places de la Trinité et Blanche).

 

Ce 7 mars marquera exactement le 140e anniversaire de la naissance de Maurice RAVEL. Aussi, avons-nous choisi un programme autour de Ravel et quelques compositeurs de son époque, que ce soit Claude Debussy (son aîné de 13 ans) qui l’a encouragé à ses débuts, ou des plus jeunes tels que Maurice Thiriet et Alexandre Tansman que Ravel a lui-même soutenus.

 

La talentueuse harpiste Anne Ricquebourg nous interprétera quelques-uns des fleurons du répertoire pour son instrument.

 

Alors, si vous êtes libres et intéressés, nous serons très heureux de vous accueillir à ce concert.

 

Bien cordialement,

Eric Van Lauwe

 

Orchestre amateur à Paris recrute :

L'orchestre impromptu propose actuellement des postes

  • hautbois
  • bassons
  • cor
  • contrebasse